Magasin de vêtements
à Bourges depuis 1830

Historique du magasin aubrun

  • 1836

    Sylvain Aubrun, dit Sylvain le vieux, prend avec son épouse, Marguerite Lapaix, un commerce de toiles au 1 rue de la rue Coursarlon à Bourges.

    Il s'agissait de vente de toiles de jute utilisées pour la confection de sacs pour les besoins des activités agricoles.

    1836
  • 1849

    Arrivée du chemin de fer à Bourges. Sylvain le jeune complète son assortiment de sacs et de toile de jute, par des tissus de maison ou pour l'habillement de la personne, qu'il va acheter dans le Nord de la France et qu'il convoie lui-même dans le chemin de fer.

    Le succès est instantané et l'affaire prospère. Elle lui permet d'acquérir en quelques années plusieurs pas de portes voisins qu'il relie entre eux. Après le tissu au mètre, il adjoint à ceux-là des articles confectionnés, et étend son activité en rachetant d'autres boutiques, en direction de la rue Moyenne.

    1849
  • 1896

    Joseph et Paul, épousent les deux soeurs Maillet, Emilie et Marie-Louise, originaires de Châteauroux. (sur la photo : Paul et Marie Louise AUBRUN)

    Mort de Sylvain le jeune qui laisse à ses deux fils, Joseph et Paul, une entreprise prospère profitant du très fort développement de Bourges, place forte de l'industrie de l'armement.

    1896
  • 1898

    Joseph se retire et Paul étoffera l'ensemble par :

    - De nouvelles acquisitions d'immeubles voisins (Grand Café)
    - Des ouvertures de succursales à Vierzon, Cosne sur Loire, La Charité sur Loire, Sancoins et Saint Amand Montrond,
    - La création d'un réseau de représentants couvrant les départements du Cher et limitrophes jusqu'aux confins du Massif Central. 

    1898
  • 1899

    L'affaire commerciale continue de grandir et les deux associés construisent dans le jardin à l'arrière un grand hall avec verrière pour intégrer de nouvelles catégories d'articles pour la maison.

    1899
  • 1904

    Le Grand Magasin Nouvelles Galeries est construit en 1904 face aux boutiques AUBRUN.

    1904
  • 1921

    La première guerre mondiale ne ralentira pas son expansion, Bourges avec ses industries d'armement connait un développement sans précédent. A son retour du conflit, son fils André rentre dans l'affaire et épaule son père.

    Des bâtiments sont acquis avenue Jean Jaurès oú sont implantés des entrepôts mais aussi un atelier de fabrication de vêtements. Simone, soeur d'André, épouse Léon Barbellion qui viendra participer à la direction de l'affaire.

    1921
  • 1928

    incendie des Nouvelles Galeries, présentent depuis 1906,
    de l'autre coté de la rue du Docteur Témoin.

    1928
  • 1929

    Paul Aubrun prend la décision de transformer tous ces locaux disparates en une seule entité prenant la forme d'un Grand Magasin. Pour cela, tous les immeubles sont détruits rue Moyenne et rue du Docteur Témoin.

    Paul Aubrun bénéficiera pendant plusieurs années d'une position dominante sur la ville avant la reconstruction des Nouvelles Galeries.

    La crise économique des années 30 obligera l'entreprise à ramener ses activités sur Bourges et fermera ses succursales pour se concentrer sur le Grand Magasin de la rue Moyenne.

    1929
  • 1934

    Paul Aubrun signe avec Pierre Laguionie, gérant du Printemps de Paris un contrat d'affiliation qui durera pendant 63 ans jusqu'en juillet 1997. La deuxième guerre mondiale marquera une coupure profonde dans l'activité commerciale.

    Le deuxième étage sera occupé, pendant un temps, par des bureaux réquisitionnés pour la SNCAN (fabrique d'avions).

    1934
  • 1943

    Durant la deuxième guerre mondiale, les salariés des Magasins Aubrun cultivent des pommes de terre dans le quartier de l'aéroport.
    Ici, en septembre 1943, les employés s'occupent de l'arrachage et du ramassage...

    L'arrêt de la guerre en 1945, ne marquera pas la fin des privations et il faudra attendre plusieurs années avant que les rayons ne se remplissent à nouveau de marchandises de qualité et suffisantes.

    1943
  • 1960

    Signe d'un modernisme nouveau, les deux grands magasins Nouvelles Galeries et Aubrun affilié Printemps, installent en même temps des escalators du rez-de-chaussée au 2e étage.

    Robert Barbellion, fils de Léon, rentre dans l'affaire et prend en charge tout un nouveau programme de travaux de structure et qui amèneront le bouchement des deux niveaux 1er et 2e étage en dessous de la grande verrière. Cette rationalisation de l'espace et l'agrandissement vont permettre de porter la surface totale de vente à plus de 3 500 m².

    Le centre de Bourges avec ses trois Grands Magasins : les Dames de France, Les Nouvelles Galeries et Aubrun, et avec un magasin populaire Monoprix attire tout le département mais surtout entretien une activité particulièrement intense dans le Centre ville.

    1960
  • 1964

    Disparition de Léon Barbellion ; la société se transforme en société anonyme à directoire, André Aubrun assurant la présidence du Conseil de Surveillance, Robert Barbellion et Paul-André Aubrun, le Directoire.

    1964
  • 1969

    1969 voit la création Avenue Henri Laudier, d'un magasin dédié à l'équipement de la maison : meuble, literie, electro ménager, éclairage, tapis, revetement de sol et radiotélévision sur une surface de 2500 m2.

    1969
  • 1976

    Décès d'André Aubrun, sa femme Marcelle Aubrun, assure la Présidence du Conseil de Surveillance.

    1976
  • 1989

    Départ de Robert Barbellion. Paul-André Aubrun assure seul la direction du Grand Magasin.

    1989
  • 1991

    Arrivée d'Inès de Brechard, fille de Paul-André Aubrun au sein du magasin ; elle participe à la direction de l'ensemble commercial et représente ainsi la 6e génération.

    1991
  • 1997

    Vaste plan de restructuration du magasin. La famille Barbellion se retire de l'affaire.
    La moitié du Rez-de-chaussée et du 1er étage ainsi que la totalité du 2e étage (soit 1 810 m²) est acquis par Eurodif. L'autre moitié du rez-de-chaussée et du 1er étage (soit 1 095 m²) est repris par Paul-André Aubrun.

    1997
  • 2004

    Acquisition du sous-sol du magasin et création d'une surface de 600 m² dédié à la mode masculine AUBRUN HOMME.

    Avec plus de 30 marques, ce magasin reste unique en centre ville.

    2004
  • 2005

    Le bâtiment a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments des bâtiments de France, comme exemple de l'architecture « moderne style » de 1928, réalisé par l'architecte parisien Sylvain Laville.

    2005